L'utilisation de la  musique en graphopédagogie 

Dates :  14 et 15 janvier 2022

Tarif : 200 € 

bien débuter l'écriture

Formation animée par Tatiana de  Barelli, 

Graphothérapeute et psychopédagogue, coordinatrice de l'asbl Educ'art, accompagnée d'un musicienne de l'équipe.

 

 

Public cible : professionnel(le)s en charge de l’aide à l’enfant face aux difficultés / troubles de l’écriture, enseignantes spécialisées.

 

Pour réconcilier l’enfant avec son geste d’écriture, il lui faudra récupérer le plaisir d’écrire, véritable garant de réussite. C’est ainsi que la musique s’invite comme adjuvant pertinent à plus d’un titre. 
Au cours de ces deux journées, nous verrons pourquoi et comment mettre la musique au service de la rééducation de l’écriture. 
Avec l’apport des neurosciences, nous actualiserons nos connaissances; nous verrons également les liens entre le traitement sonore, le rythme et l’élaboration du geste d’écriture.
Nous passerons à la pratique ; chacun.e repartira avec « ses » activités à intégrer avec les enfants.  
 
Aucun prérequis musical n’est nécessaire mais les participants qui ont des petits instruments d’éducation musicale sont invités à les apporter. (claves, triangle, métallophone, clochettes, maracasses…).

 

 

 

Contexte : La maîtrise de l’écriture manuelle est un sujet d’actualité qui intéresse les enseignants mais également de plus en plus de chercheurs en neurosciences. Nous actualiserons nos connaissances.


Que ce soit pour apprendre à écrire ou en situation de rééducation du geste, les pratiques proposées cherchent à stimuler le plaisir chez le scripteur, véritable garant de réussite. C’est ainsi que la musique s’invite comme adjuvant pertinent à plus d’un titre.
Au cours de ces deux journées, nous verrons pourquoi et comment mettre la musique au service de la graphothérapie.

Contenu :


1. Apports théoriques : liens entre le traitement sonore et l’élaboration du geste d’écriture

 

- la métaphonologie en préalable essentiel au langage écrit ; particularité de la langue française, l’importance de la syllabe et de la rime, prise de conscience phonème/graphème.
- l’écriture : un geste complexe, des chemins neuronaux précis ; apports des neurosciences actualisés, en Belgique, France, Québec. Etats-Unis.
- les troubles du langage écrit : spécificités et co-morbidité Dyslexie, Dysorthographie, Dysgraphie, Dyspraxie ; Une problématique commune : le traitement de l’information perceptive.
- l’impact de la musique : théorie de la prédiction (Daniele Schön), les activités cognitivo-musicales (Michel Habib-Melodys), la multimodalité, les paramètres du son en lien avec le langage, les processus mentaux liés à l’écrit (Denis Alamargot).

 

 

2. Les apports de la musique en graphopédagogie, au regard de la théorie présentée

 

Présentation d’activités ciblées, en situation cliniques
Notamment,
- les parallèles musique et écriture
- Le « retour-sonore » et son ancrage sensorimoteur
- La prise de conscience de la posture et de la tonicité, jusqu’au bout des doigts
- Le déroulement spatio-temporel : l’écriture est rythme, temporalité et se situe sur un espace donné
- la latéralisation
- la place toute particulière de l’émotion
- La motivation et le plaisir d’apprendre
- l’éveil social et la relation à l’autre

 

 

3. Activités pratiques (quelques exemples ; liste non exhaustive)

 

- le codage multisensoriel pour intervertir le visuel, l’auditif, le kinesthésique
- le mouvement graphique à partir des sons du corps, de la voix, du mouvement dansé
- la pression de l’écrit : jeux de mains et de doigts, percussions avec de petits instruments ; le gant magique, la sonnette
- l’utilisation du piano pour l’organisation spatiale, la latéralisation, la coordination grapho-motrice.
- les « vitamines rythmiques » (Jonathan Bolduc-Québec) et les comptines pour stimuler l’écriture.
- activités autour des quatre paramètres de la musique : intensité, timbre, hauteur, durée.

 

 

Dans une ambiance ludique, de bienveillance et de contact avec l'artiste qui est en nous !

Je me pré-inscris